26 septembre 2022

Rétrospective Grand Conseil septembre (2)

Logo-GE

Rétrospective Grand Conseil septembre 2022 (2)

André Pfeffer, chef de groupe UDC

Positif:

Création d’une fondation pour la promotion de lieux et d’infrastructures pour le sport

Joli succès : le projet de loi 12096-A de notre député Christo Ivanov a été adopté à l’unanimité. Le dépôt de ce texte fait suite au constat que faute d’investissements dignes de ce nom dans le sport, les lacunes en matière d’équipements sportifs sont aujourd’hui nombreuses et les montants nécessaires au rattrapage des retards accumulés au fil du temps ne cessent de croître. De nouvelles infrastructures ne demandent qu’à être financées alors que d’autres infrastructures, existantes, requièrent d’être adaptées et développées. Répondre à ces défis n’est pas chose aisée : les contraintes budgétaires ne laissent qu’une faible marge de manœuvre.

 

Alors que la culture parvient à trouver des financements, le sport, dont les bienfaits sur la santé ne sont plus à prouver, n’est pas logé à la même enseigne. Le projet de loi adopté se veut le pendant de la fondation pour la promotion de lieux pour la culture émergente (FPLCE), dotée par une fondation qui avait donné 11 millions de francs. Le projet de loi UDC créera la FPLIS, la fondation pour la promotion de lieux d’infrastructure pour le sport. Ainsi, cette fondation pourra acquérir, louer et vendre des biens-fonds destinés aux activités sportives à Genève. Son conseil sera composé de 9 membres, 3 nommés par le Conseil d’Etat, 2 représentants de l’ACG, 1 de la Ville de Genève et 3 dans le domaine du sport proposés par les institutions sportives. Le capital minimum de dotation sera de 50 000 francs. Le financement de la fondation pourra venir de dons, de legs ou encore d’autres contributions volontaires que le conseil de fondation serait libre d’accepter ou de refuser.

Négatif:

Initiatives extrêmes de la gauche : Genève n’est pas tirée d’affaire !

Une majorité du Grand Conseil refuse l’initiative 181 « Pour la création d’emplois sociaux et écologiques et la réduction de la durée du travail (initiative 1000 emplois) ». Comme expliqué par notre député André Pfeffer, il s’agit d’un projet en dehors de toute réalité qui s’attaque au secteur privé pourtant à l’origine de la richesse, en proposant de le réduire drastiquement avec la semaine de 32 heures. En parallèle, 100 millions de francs supplémentaires seraient dépensés chaque année pour de nouveaux emplois publics.

Si aucun contre-projet n’a été opposé à cette initiative utopiste, une majorité a en revanche choisi d’opposer un contre-projet à la toute aussi extrême initiative 182 « Climat urbain : de la place en ville pour les arbres, la mobilité douce et les transports publics ». Christo Ivanov déplore un texte excessif et punitif s’inscrivant dans la lignée de surenchères politiques visant à supprimer les accès au centre-ville. Son collègue Stéphane Florey relève que l’initiative s’attaque exclusivement aux places de parc et aux voies de circulation, alors que les communes pourraient déjà végétaliser les places publiques, ce qu’elles sont incapables de faire. D’ailleurs, contrairement à ce que prétendent les initiants, il sera impossible d’offrir à un arbre l’espace nécessaire pour son système racinaire avec la modeste surface d’une place de parc supprimée.

 

Onex: menaces sur la zone villa

Une majorité du Grand Conseil accepte le projet de loi 13058-A, visant à la création d’une zone de développement 4A, au lieu-dit « Onex-Centre ». Pour Stéphane Florey, rapporteur de minorité, la commune d’Onex a été incapable de démontrer l’impérieuse nécessité d’un tel déclassement. Depuis quand a-t-on besoin de déclasser en zone de développement pour mener « un projet urbanistique de qualité », comme le prétendent ses promoteurs ? La réalité, plus terre à terre, est que la commune cherche tout simplement à encaisser des taxes d’équipement par tous les moyens.

 

De plus, il n’est pas certain que des surélévations soient possibles, aucune étude n’ayant été réalisée, notamment pour savoir si la structure même des bâtiments serait à même de supporter un à deux étages supplémentaires.

 

Au final, le déclassement voté au lieu-dit « Onex-Centre » illustre la volonté des autorités communales d’Onex de s’attaquer très prochainement comme esquissé en commission à la zone villa en direction de Confignon/Bernex.

***

 

Textes déposés (session des 22 et 23 septembre 2022) :

 

QUE 1790 de Gilbert Catelain : CAD – pourquoi une telle hausse de tarif ?

 

QUE 1792 de Christo Ivanov : Blocage unilatéral du quai des Bergues par la Ville de Genève.

 

QUE 1793 de Christo Ivanov : Arrêtons de marginaliser les forains et les gens du voyage !

 

Prochaine session :   13 et 14 octobre 2022