UDC Lancy

1200px-Lancy-coat_of_arms.svg_

 

DIRECTION

– Président : Jean-Paul Otero otero.jp@bluewin.ch

 

LE PROGRAMME

 

Criminalité et insécurité

Diagnostic : l’insécurité augmente régulièrement dans les communes depuis plusieurs années. L’ouverture des frontières et une immigration non maîtrisée contribuent à une hausse importante des incivilités et à l’émergence d’une société ultra-violente. Actuellement désarmée, la police municipale ne peut pas accomplir ses missions comme elle le devrait.

L’UDC veut :

  •  accroître la présence policière la nuit sur tout le canton
  •  armer la police municipale, laquelle devra obtenir un brevet fédéral

Fiscalité et finances publiques

Diagnostic : Le train de vie des communes est dispendieux avec, comme conséquence directe, une fiscalité des ménages extrêmement élevée qui péjore le niveau de vie et le pouvoir d’achat de nombreux habitants. La loi relative à la réforme fiscale et au financement de l’AVS (RFFA) risque d’aggraver encore la situation.

L’UDC exige :

  • aucune hausse d’impôts ou taxe supplémentaires pour les ménages.  Le report des charges du canton en direction des communes doit être neutre d’un point de vue fiscal.  Aucun transfert de tâche (canton-commune) ne doit se faire sans les moyens financiers correspondants.
  • d’imposer des forfaits de représentation pour les magistrats communaux.

 Aménagement du territoire

Diagnostic : les communes se voient trop souvent dicter leur aménagement du territoire par les autorités du canton. Une réalité qui contribue à une trop grande perte d’efficacité dans la bonne gestion de la planification territoriale.

L’UDC exige :

  • d’attribuer davantage de compétences aux communes en réduisant celles du canton, notamment dans le domaine de l’aménagement du territoire.
  • de stopper toute surdensification, notamment en zones villas

Social :

Diagnostic : Les personnes sont de plus en plus individualistes or, nous avons besoin d’une société unie.

L’UDC propose:

  • – d’instaurer une nouvelle forme d’entraide sociale comme une journée de bénévolat communal où les jeunes, parfois déconnectés de notre société, puissent se reconnecter et partager des expériences avec nos aînés, afin de lier notre tissu intergénérationnel