Voile, foulard, burka ou cagoule, il faut interdire de se dissimiler le visage ! L’UDC est le seul parti qui se bat réellement pour la sauvegarde de notre société libérale, démocratique et tolérante.

«C’était juste un instrument fashion» a déclaré en parlant du voile l’une des principales accusées du procès dit «des bonbonnes de Notre Dame». Le jury n’a pas été sensible à cet argument vestimentaire venant d’une djihadiste confirmée. Hier, la justice française a condamné à de très lourdes peines – de 20 à 30 ans de prison – les deux femmes qui avaient tenté, en septembre 2016, de faire exploser une voiture chargée de bonbonnes de gaz à proximité de la Cathédrale. Seul le choix d’un carburant difficile à enflammer, avait permis d’éviter l’explosion et le drame.

Cette affaire montre une fois encore la nécessité d’interdire de se dissimuler le visage. En Suisse, l’UDC est le seul parti à s’engager dans ce sens.

La semaine dernière, la Commission des institutions politiques (CIP) du Conseil national a examiné l’initiative populaire fédérale « Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage » ainsi que le contreprojet du Conseil fédéral. Par 13 voix contre 9 et 3 abstentions, elle a recommandé le rejet de l’initiative.

C’est ainsi désormais une évidence: seuls les membres de l’UDC continuent de s’engager pour une interdiction se dissimuler le visage rigoureuse et appliquée au niveau national. L’UDC est donc l’unique parti politique qui se bat réellement pour la sauvegarde de notre société libérale, démocratique et tolérante, mais aussi pour le respect strict du régime légal. Une interdiction de se dissimuler le visage est non seulement nécessaire pour intervenir contre des musulmans radicaux et refusant de s’intégrer, mais aussi pour combattre les casseurs, hooligans et autres manifestants violents.

Une fois de plus, il s’avère que les autres partis politiques, qui prônent la tolérance, les droits de la femme et une société ouverte, sont complètement à côté de la réalité. Le régime libéral suisse est manifestement le dernier de leurs soucis. Le contreprojet inapte du Conseil fédéral a certes été complété par quelques règles bureaucratiques, mais jamais les adversaires de l’initiative n’ont répondu à la question de fond suivante: comment pouvons-nous renforcer le régime étatique libéral et démocratique de la Suisse et empêcher la prolifération de conceptions intolérantes et radicales de la vie en société?

Grâce à la démocratie directe, le peuple et les cantons pourront trancher cette question. L’UDC fait confiance au bon sens des Suissesses et des Suisses.