Serge Dal Busco: un candidat au Conseil d’Etat qu’il ne faut pas contrarier avec la démocratie directeSerge Dal Busco: un candidat au Conseil d’Etat qu’il ne faut pas contrarier avec la démocratie directe

(UDC Genève, le 4 novembre 2013)


Lors du débat du 28 octobre dernier pour le second tour des élections au Conseil d’Etat, le Maire de Bernex, M. Serge Dal Busco, a vertement et ouvertement reproché à l’UDC d’avoir lancé un référendum contre un projet de quartier à Lully élaboré par les promoteurs seuls sans aucun plan d’aménagement (PLQ) et contre la volonté d’une cinquantaine de propriétaires qui avaient déjà introduit et gagné un recours devant le Tribunal administratif de première instance.

Seulement voilà, M. Serge dal Busco n’arrive pas à accepter le fait que le 22 septembre dernier, la majorité des habitants de la commune qu’il administre ait voté pour ce référendum ! Il a accusé l’UDC de tenir un double langage et de s’opposer systématiquement à tout projet de construction, ce qui est parfaitement faux puisque l’UDC défend un aménagement raisonnable du territoire, ce qui signifie qu’il faut exploiter de manière rationnelle les terrains à bâtir tout en sauvegardant les terres agricoles, mais en tout cas pas de construire tout un quartier sans consulter la population, sans plan d’aménagement et sans maîtrise des coûts !

D’ailleurs, M. Walter BISOL a été victime d’intimidations pendant la campagne référendaire. Les PLR et PDC de Bernex ont en effet d’abord tenté de mettre l’élu UDC en porte-à-faux avec la plateforme du parti en s’adressant à la Présidente de l’UDC-Genève, Mme Céline Amaudruz, par courrier du 17 août 2013. Autre évènement révélateur, M. Walter BISOL a été appréhendé par la police municipale pendant qu’il distribuait ses argumentaires, alors même qu’il est de jurisprudence constante qu’aucune demande d’autorisation ne doit être déposée pour ce type d’actions. Ceci n’a pas empêché M. Serge Dal Busco de déclarer « Nous ne pouvons que conseiller à Monsieur Walter Bisol pour de futurs éventuels démarchages sur la voie publique, soit de se présenter au poste de police municipale ou d’annoncer téléphoniquement ses actions », par courrier du 24 septembre 2013 curieusement adressé à la Présidente du Conseil municipal avec, en copie, la cheffe du poste de police municipale de Bernex. Décidément, il ne fait pas bon revendiquer ses droits fondamentaux face à M. Serge Dal Busco.


Pour tous renseignements :

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale, 079 / 874 83 97