Résultats des votations du 4 mars 2018 – Objets communaux Ville de Genève

Référendum budgétaire

L’UDC Genève prend acte du résultat négatif sur quelques coupes budgétaires 2017, devenues entre-temps obsolètes et inutiles par la maladresse du Magistrat Rémy Pagani. L’année 2017 s’étant bien déroulée en termes de finances, les suppressions budgétaires soutenues par la droite élargie (UDC, MCG, PLR et PDC) n’ont eu aucun impact sur le fonctionnement de la Ville de Genève. Ce résultat était néanmoins attendu et ne surprend personne. En effet, le budget 2017 étant à présent clos, le vote ne peut plus déployer le moindre effet. Pour cette raison, la droite avait logiquement renoncé à faire campagne.

  

Des Fêtes de Genève conviviales et financièrement rentables

Le corps électoral s’est prononcé en faveur du contre-projet qui, à l’évidence, est la solution la plus équitable possible. D’une part la durée des fêtes doit permettre aux commerçants de rentabiliser leur emplacement grâce aux sept jours et deux week-ends durant lesquels ces fêtes se dérouleront. D’autre part la charge financière de l’organisation sera financée par la Fondation Genève Tourisme & Congrès. Sans oublier le confort des habitants des Eaux-Vives. Pour l’UDC, c’est une manière de faire perdurer les fêtes de Genève dans des conditions de rentabilité et assurer au public de la qualité et de la convivialité.

Petit-Saconnex: le peuple n’a pas toujours raison, mais il a toujours le dernier mot

L’UDC prend acte de cette décision ouvrant les portes à la densification pas toujours maîtrisée avec des problèmes de circulation, d’aménagement, de mixité. Ce résultat ne changera rien à la droite ligne de l’UDC qui s’oppose au bétonnage de notre territoire, persuadée qu’elle est souvent incontrôlée et pas toujours au bénéfice de la population résidente. La démesure est le thème de campagne pour les élections cantonales, il le demeurera. Le débat est très loin d’être terminé. L’actualité récente sur l’aéroport, les trois référendums votés ce week-end, les atermoiements de l’actuel Conseil d’Etat sur le PAV, les dépassements coûteux du CEVA et maintenant de la plage des Eaux-Vives n’ont pas fini d’interpeller les Genevois sur la démesure prônée par nos autorités.