image

Restrictions de circulation = réduction de moitié de l’impôt auto

(Communiqué de presse 12 juin 2020) – Depuis la mise en place « des aménagements provisoires en faveur de la mobilité douce », Genève connaît des embouteillages ubuesques. Les autoroutes à vélos viennent péjorer les conditions de circulation des automobilistes déjà mises à mal par la politique anti-voiture du Conseil d’Etat. L’UDC dépose un projet de loi pour réduire de moitié l’impôt sur les véhicules automobiles et affecter les recettes de cet impôt à un fond routier.

Pour l’UDC, la réalisation d’aménagements visant à compliquer excessivement voire à rendre impossible l’utilisation d’un mode de transport particulier est manifestement contraire à la disposition constitutionnelle garantissant la liberté individuelle du choix du mode de transport, qui plus est quand ces interventions se font sans passer par les procédures habituelles de consultation des milieux concernés et sans évaluer l’impact sur l’économie du canton.

Le projet de loi déposé ce jour entend réaffirmer l’importance économique et sociale des transports individuels motorisés, à un moment où l’économie genevoise doit surmonter le lourd impact du Covid-19. Pour son auteur, Stéphane Florey, le projet de loi est aussi l’occasion de redonner un peu de pouvoir d’achat aux particuliers et de revitaliser un tissu économique mis à mal par la crise sanitaire et les restrictions à la circulation imposées par le Conseil d’Etat.

Stéphane Florey, député, auteur du texte

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale