16 février 2022

L’immigration, une chance ? Assurément pas pour nos concitoyens !

foule

L’immigration, une chance ? Assurément pas pour nos concitoyens !

(UDC-Genève, 16 février 2022) A en croire les autres partis politiques « l’immigration est une chance pour Genève ». Effacement des frontières, droit d’asile tronqué, faux mineurs, regroupement familial, régularisations frauduleuses de clandestins, discriminations positives à l’embauche, assistanat social, les dogmes d’une certaine classe politique ont créé toutes les conditions d’une véritable submersion migratoire. Une logique de soumission empreinte d’opportunisme seulement refusée par l’UDC qui demande une opération générale d’aide au retour « Reditus » destinée à tous les sans-papiers présents dans le canton de Genève (M 2685-A).

« L’immigration est une chance » Mais pour qui ? Assurément pas pour nos concitoyens ! Pour une caste politique, elle a permis de sauver quelques élections, notamment dans les communes grâce au vote des étrangers. Pour d’autres, elle a permis de recevoir des subventions publiques et de favoriser ainsi l’aide des clandestins. Alors que chaque jour de nouveaux sacrifices sont exigés des Genevois, le laxisme migratoire coûte toujours plus cher à la collectivité. En 2020, l’Hospice général a consacré 447 millions en prestations, soit 349 millions en prestations d’action sociale, en hausse de 62% par rapport à 2010, et 98 millions en prestations d’asile, en hausse de 94% par rapport à 2010.

Les multiples conséquences du séjour illégal d’étrangers sur les diverses politiques publiques ne sont plus à démontrer. Les personnes séjournant illégalement et exerçant des activités lucratives sans autorisation consomment des prestations qui leur sont octroyées gracieusement par la collectivité. Par ailleurs, la présence tolérée de nombreuses personnes en violation du droit fédéral des étrangers sape tous les efforts de lutte contre le travail au noir, c’est-à-dire de l’activité salariée ou indépendante exercée en violation des prescriptions légales, y compris du droit des étrangers comme Genève tend à l’oublier. L’immigration illégale a encore de beaux jours devant elle à Genève.

 

Pour tous renseignements :

Stéphane Florey, député, rapporteur de minorité, 079 / 471 44 85

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale, 079 / 874 83 97