UDC-COLLONGE-BELLERIVE

La composition du comité directeur de la section est, suite à leur assemblée générale du 23 décembre 2010, la suivante:

Direction

– Président : Marc Falquet (076 376 81 18)
– Vice-président : Michel Stawarz

Elus

Conseillers municipaux

– Marc Falquet

 

Site internet: www.udc-collonge.ch

Le contexte

L’arrivée de l’UDC sera un ferment politique bienvenu à Collonge-Bellerive. En effet, cette opulente commune égrène son petit ronron politique depuis de longues années. On n’entend pas d’écho d’aucun débat politique de projet démocratique pour rétablir et faire respecter certaines valeurs auxquelles le peuple Suisse est attaché. C’est connu, la routine entre copains engendre des habitudes pas toujours de bon alois.

Selon l’Union Démocratique du Centre, les Autorités élues devraient avoir un devoir d’ouverture aux autres et pas seulement en vertu « d’accords internationaux », mais tenir compte du verdict du souverain. Être à l’écoute de tout les habitants et leurs élus avec impartialité, diligence, amabilité et serviabilité n’est certes pas une simple sinécure mais devrait être l’habit de tous tenants d’une démocratie libérale représentative authentique composée aussi d’opinions minoritaires à prendre en compte pour respecter les volontés des citoyens déposées dans les urnes. Une ligne de mire ajustée à l’intérêt général de notre fédéralisme au sein duquel l’UDC se bat pour ne pas solder nos prérogatives issues de notre souveraineté séculaire pourrait en être le canon d’une telle entente.

Notre municipalité est au privilège de compter avec de nombreux contribuables aisés favorisant des entrées fiscales conséquentes dont nous ne doutons pas qu’elles ne soient utilisées qu’à bon escient.

Votre UDC défend des valeurs simples: l’estime de soi étant un bien premier, exercer un échange convivial dans le respect mutuel constitue un art qui devrait être accessible à toutes et à tous. Se faire respecter et poser ses limites en est la suite logique. Qui n’aura jamais été imbus d’à priori ou commis des fautes d’appréciation ? Ne faut-il pas être sacrément droit et honnête pour le reconnaître ? Faire acte d’une telle humilité permet de grandir en bien et d’évoluer vers plus de respect, plus d’entente pour le bien commun.

Ces qualités n’étant pas une marque de faiblesse, l’UDC entend ne pas accorder d’indulgence envers les gens qui se comportent de façon malhonnêtes et font souffrir volontairement les autres, ou qui pillent, ou qui volent, qui mentent ou omettent de dire la vérité. Par la faute de ces profiteurs usant et abusant et des aides sociales, l’UDC entend proposer des solutions concrètes tant dans la gestion qu’à propos de l’existence de certaines aides qui heurtent la conscience de l’immense majorité des honnêtes citoyens-électeurs. Ceux-ci en ont marre que leur porte-monnaie soit continuellement épluché. Ce porte-monnaie devient même troué par le degré d’irresponsabilité issu de certaines décisions de considérer que la générosité sans frontières ni conditions est un acte de bravoure politique dont seulement devraient être condamnés ceux qui ne l’entreprennent pas ou alors, comme l’UDC, voudraient le rediscuter.

La politique de l’UDC est claire : protéger, soutenir les honnêtes gens, les aider à se sortir d’une ornière ponctuelle dans laquelle les aléas de la vie peut avoir précipité même les plus forts. L’UDC ne veut pas d’un filet social ressemblant à un oreiller de paresse. L’UDC s’oppose aussi à l’abrutissement médicamenteux, sorte de fabrique de dépressives et dépressifs à vie, qui contribuent à tarir les capacités de prestations d’A.I. au déficit abyssale connu, prétéritant d’autant ces prestations prévues et réservées aux cas bien réels. Disposant de relais parlementaires, les intéressés à arroser et à s’abreuver réservent aux portes-monnaies trouées encore une augmentation de cotisation plutôt que de légiférer sur les cas d’abus.

L’UDC combat la paresse et le manque d’intérêt d’intégration d’une certaines immigration incontrôlée plus propice à ne s’intéresser qu’aux avantages sociaux de notre pays et qui n’hésitent pas à franchir un certains nombres de frontières physiques et morales et d’inspirer certains politiciens plutôt à hurler avec les loups contre l’UDC plutôt que d’abord s’occuper à ce qui ne va pas chez nous.

Question de naturalisation: L’obligation de maîtriser une langue nationale, accepter notre ordre juridique et social, amender sa culture innée en intégrant graduellement la nôtre n’est quand même pas la mer à boire. L’UDC constate qu’on naturalise à tort manivelle et trop facilement pour compenser une progression démographique nationale déficitaire. L’UDC préconise de revoir la politique touchant à la famille pour inverser cette courbe mais ne se satisfait en tous cas pas d’un plâtre sur une jambe de bois. Il en va des la pérennité de notre pays.

L’UDC exige du landerneau politique qu’il s’assure d’avantage de la qualité du candidat. Le passeport n’est pas seulement un ticket aux avantages et une protection contre les inconvénients. Le candidat doit respecter nos institutions, nos lois et leurs représentants. Savoir donner avant de recevoir, payer de leur personne pour être considéré.

L’UDC est partisan d’appliquer la loi avec fermeté envers les voyous, bandits de grands chemins (car-jacking), et autres fauteurs de troubles à caractère pénal comme les crimes de pédophilies, de viols, de violence gratuite, de vols à l’astuce, de vols à la tire, de violation de propriétés, de menaces, de chantages, d’enlèvement et de séquestrations, de ventes de drogues etc., nous le rappelons, la grande majorité des auteurs ne sont pas des citoyens suisses.

L’UDC s’oppose à un quelconque soutien monétaire ou non monétaire aux personnes dépourvues de statut légal, aux faux réfugiés et à toutes présences non agrées s’opposant au retour vers leur pays.

L’UDC s’oppose à la “soviétisation” de la société consistant à créer un Etat providentiel par gonflement des recettes et favoriser l’épuisement de celles-ci en multipliant le caractère d’une aide sociale déjà bien ciblée mais toujours insuffisante pour les profiteurs de toutes espèces.

Certaines structures créées résultent plus d’envies de domination et de pouvoir. L’UDC sollicite l’éveille des consciences contre cette politique d’homogénéisation, de pasteurisation dont un exemple peut-être la petite enfance dont l’Etat veut imposer quasi aux poupons encore, un modèle du genre.

Priorité sécurité

  • Priorité pour améliorer les stratégies en matière de sécurité afin de mieux défendre les personnes et les biens. (Sécurité publique et privée)

Priorité locale

  • Priorité aux commerçants artisans et entreprises installés sur le territoire communal suivi d’une planification équilibrée de développement entre logements, services et entreprises
  • Accorder la priorité aux jeunes de la commune concernant le logement et l’emploi.
  • Priorité à un encadrement scolaire pour apprendre le respect dès le plus jeune âge.
  • Priorité à promouvoir la qualité de vie dans les quartiers.
  • Priorité à une entente Canton-Commune pour simplifier les démarches.
  • Priorité aux activités sportives, culturelles, associatives et de rencontres.

Priorité pour respecter l’argent public et l’héritage de nos aïeux

Veiller à ne pas gaspiller, grande rigueur dans les dépenses. Péréquation fiscale à revoir. Soutenir les efforts dans la gestion et l’amortissement des dettes publiques. Utiliser parcimonieusement le principe investir aujourd’hui mais ne payer que demain. Ne pas prétériter les charges que nos enfants auront à assumer. Les candidats UDC appuyés par des électeurs motivés s’appliqueront, avec l’élégance du geste et de la parole, pour défendre nos libertés dans la responsabilité, rétablir la quiétude dans ce pays face à une mondialisation galopante débridée, faire survivre notre sentiment d’appartenance à cette communauté qui fait notre pays, transmettre et consolider de génération en génération ce que nos aïeux commencèrent dans des conditions si difficiles qu’il ne devrait pas être permis aujourd’hui de l’oublier. Notre pays est notre maison. Ne la vendons pas à vil prix. L’UDC protège nos valeurs et ne baissera pas la garde devant les aboiements de ses détracteurs.

Vivent notre culture, notre histoire, nos traditions et notre esprit d’indépendance dans l’appartenance à un continent d’une planète si convulsive.

Que nos traditions démocratique du respect perdurent,, VOTEZ UDC, osez la qualité suisse !

Pour plus de renseignement prendre contact avec Marc FALQUET, député au Grand-Conseil et responsable pour Collonge-Bellerive, 078 / 921 48 07 ou marc.falquet@gmail.com.