Guinchard Damien

Non à une Genève à 600’000 habitants !

Dans vingt petites années, soit en 2040, entre 576’000 et 625’000 habitants devraient vivre dans le canton de Genève selon l’Office cantonal des statistiques (OCSTAT). Les mouvements migratoires seront évidemment décisifs. Il faut arrêter le «massacre» :  Genève est déjà au bord de l’explosion.

En août 2018, le canton de Genève a passé la barre des 500 000 habitants. Notre population a grandi de 100 000 habitants en seulement vingt-deux ans. La construction du nombre de nouveaux immeubles s’est accélérée au cours de ces dernières années et va encore s’intensifier avec, notamment, des projets immobiliers gigantesques comme les Vernets, les Cherpines…

Terre d’accueil, supermarché des délinquants, territoire connu pour son hospitalité et sa générosité, Genève a pour but d’accueillir toujours et toujours plus de monde avec une estimation de 600 000 habitants pour 2035

On le voit, chaque jour, nos routes sont congestionnées, surutilisées; des centaines de grues se lèvent dans le canton :  Genève explose ! Et les Genevois ne veulent pas de ces surdensifications. On l’a constaté avec des refus significatifs au cours des votations précédente (refus de déclassement de la zone à Meyrin, refus de la destruction de la zone du Petit- Saconnex, etc.) Pour rappel, en 2007, débute la libre circulation des personnes entre UE et la Suisse sans restriction. A cette période, nous étions 447 584 Genevois. Pour 2019, on compte déjà 506 765 personnes habitants à Genève, soit une augmentation de près de 60’000 en seulement douze ans ce qui représente près de 5’000 personnes par année en grande majorité lié à l’immigration ( environ 3’300).

On constate chaque jour les problèmes liés à cette augmentation importante de la population : destruction de notre terre agricole, de la biodiversité ; destruction de nos zones villas ; augmentation des bouchons, saturation des écoles, des hôpitaux, des transports publics… Détérioration de notre quotidien, abattage des arbres, augmentation des loyers, etc. Nous devons dire enfin Stop à cette augmentation dangereuse de la population à cause de la libre circulation des personnes, rappelant, pour ceux qui l’auraient oublié, que toute personne habitant un pays membre de l’Union européenne peut venir sans aucune condition habiter en Suisse.

Nous devons limiter l’immigration en fonction des besoins du canton et donner enfin la priorité aux résidents quand ils sont à la recherche d’un emploi. 

Nous disons haut et fort : «Non à une Genève à 600 000 habitants !», raison pour laquelle il faudra dire «Oui» à l’initiative de limitation de l’UDC pour une immigration modérée, le 27 septembre 2020.

Damien Guinchard, vice-président UDC Genève