Votations du 21 mai 2017

L’UDC-Genève s’est réunie le 21 mars 2017 en assemblée générale extraordinaire afin de décider de ses mots d’ordre pour les votations fédérales et cantonales du 21 mai prochain.

Votation fédérale

Loi sur l’énergie (LEne) – C’est un grand NON aux mesures de rééducation de l’Etat !

En vue de la mise en œuvre de la Stratégie énergétique 2050, le Parlement a procédé à une révision totale de la loi sur l’énergie. Ce faisant, il a adopté un premier paquet de mesures qui vise à réduire la consommation d’énergie, à améliorer l’efficacité énergétique et à promouvoir les énergies renouvelables.

Les membres de la section genevoise de l’UDC, tout comme leurs représentants à Berne, n’ont pas suivi la volonté chimérique du Parlement et leurs ​caprices écologistes.

Pour garantir la sécurité de l’approvisionnement, il mise sur des prescriptions d’économie draconiennes dans les domaines de l’électricité et de l’énergie en général, sur une augmentation du rendement énergétique, sur l’extension de la force hydraulique et sur un subventionnement massif des énergies renouvelables.

La réalité, c’est que la population et les entreprises payeront la facture de cette loi sur l’énergie à la fois ruineuse et dangereuse. C’est toute la population qui subir ​a​ des charges supplémentaires énormes et par conséquence, toute notre économie, consommateurs, artisans, propriétaires immobiliers, automobilistes, etc. L’UDC-Genève refuse de remettre en cause un système stable et abordable de production d’énergie.


Votation cantonale

IN 158 « Pour une valorisation et un agrandissement de la Maison des associations » – C’est NON à la facture citoyenne !

L’initiative demande un crédit de 16,5 millions de francs pour rénover la fameuse Maison des associations si « chère » à la gauche genevoise. Elle a été rejetée, fin janvier 2017, par le Grand Conseil. L’Etat a accordé un droit permanent de superficie de 50 ans au profit de la Fondation pour l’expression associative (FEA), qui gère les lieux. Elle doit donc assumer leur entretien et ​leur projet de ​rénovation, dont la mise en conformité avec le label Minergie. Par ailleurs, il n’est ​ pas​ inutile de rappeler le cadeau de l’Etat qui a accepté de renoncer au loyer jusqu’en 2028. Ce n’est donc pas aux citoyens genevois de payer cette facture.

​​

Votations cantonale

Loi sur les transports publics – C’est OUI à l’optimisation du réseau TPG !

Le feuilleton TPG continue. Après avoir accepté par deux fois l’initiative 146 « Stop aux hausses des tarifs » en 2013, puis en 2014 (suite à l’invalidation par la Cour de Justice), les TPG tirent un premier bilan et proposent au Gd Conseil de modifier la loi. Un référendum nous invite à nous prononcer à nouveau.

Économiquement parlant, la baisse des tarifs suite à l’initiative 146 n’a pas pu être supportée par cette régie. Un projet de loi a proposé au ​législatif une hausse des tarifs TPG devant rapporter environ 8 millions par année, évitant ainsi une baisse des prestations ​durant 2017. L’idée est cependant que les recettes supplémentaires permettent une optimisation de l’offre actuelle. Sans cette hausse, les prestations seraient réduites. Si cette loi est refusée, il faudra couper dans les prestations alors que la demande s’accentue. L’Etat devra même compenser intégralement le manque à gagner des TPG à hauteur de 4 millions.

Avec cette hausse, les tarifs ne seront pas aussi élevés que ceux des billets et des abonnements connus avant le vote populaire du 18 mai 2014. Dans le cas présent, nous nous trouvons dans une situation marginale, où des efforts financiers doivent être entrepris tant au niveau des usagers que des contribuables, pour assurer un service de mobilité équilibré. L’Union démocratique du centre soutiendra donc la hausse des tarifs des TPG.