Mots d’ordre pour les votations populaires du 8 mars 2015

Votations fédérales

Initiative « «Aider les familles ! Pour des allocations pour enfants et des allocations de formation professionnelle exonérée de l’impôt»

L’UDC dit NON à cette initiative qui est une tentative maladroite de défiscaliser une prestation sociale perçue par chaque famille, quelle que soit le revenu. Faussement annoncée pour soulager la classe moyenne, cette prestation n’atteindra pas sa cible en permettant essentiellement aux contribuables aisés une faible diminution de leurs impôts en regard de leurs revenus confortables.
D’autre part, l’UDC lutte contre l’immigration de masse et ne tient pas à rendre encore plus attractive les allocations familiales.
Enfin, la proposition du PDC entraînerait une diminution prévisible de recettes fiscales à un moment délicat pour les cantons comme pour la Confédération.

Initiative «Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l’énergie»

L’UDC dit NON à l’initiative vert’libérale parce qu’elle pénaliserait avant tout les bas revenus. C’est une taxe absurde puisque si elle se révélait efficace en diminuant la consommation d’énergie, il est évident que la taxe sur l’essence, le diesel, le mazout, le gaz et l’électricité diminueront elles aussi, pénalisant les finances publiques et l’AVS.
Ce qui entraînera obligatoirement une hausse constante de cette taxe qui à son tour pénalisera les entreprises, fera perdre de nombreuses places de travail, augmenterait tous les produits suisses et contribuera grandement à augmenter le coût de la vie.

Votation cantonale

Loi sur la police

L’UDC dit NON à la nouvelle loi sur la police. Si ce texte, dans ses grandes lignes, ne pose pas de problèmes majeurs à l’UDC, il en est tout autrement de la possibilité qui est offerte d’engager dans notre police des étrangers au bénéfice d’un permis d’établissement (permis C). Refuser clairement cette possibilité était la condition sine qua non posée pour l’UDC pour accepter ce texte. Elle n’a pas été acceptée par la majorité du Grand Conseil qui offre à nouveau à sa population une loi trop complaisante sur ce sujet. Il y a quelque chose de malsain à refuser que soit ancré dans la loi ce principe et de l’inscrire dans un règlement d’application du Conseil d’Etat, au prétexte qu’il s’agit d’une loi organique comme le justifie Pierre Maudet. Il s’arroge le privilège de changer ultérieurement ce même règlement, sans aucune obligation ou nécessité d’en référer au Grand-Conseil, pour admettre des étrangers au nom d’un manque de candidats… Pour l’UDC, seuls des citoyens suisses doivent pouvoir être assermentés dans notre police et seule l’inscription dans la loi garantira le respect de ce principe.

Pour tous renseignements :
Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale, 079 / 874 83 97
Patrick Lussi, député, membre de la commission des finances, 076 / 364 17 27