CArts27septembre

L’UDC Genève s’inquiète pour l’avenir des Suisses au chômage et lance une initiative pour réduire l’impôt auto.

L’UDC Genève s’interroge sur l’avenir des Suisses au chômage avec le refus de l’initiative de limitation, surtout dans un canton frontalier comme Genève. Notre parti annonce qu’il lancera une initiative suite au vote des Genevois qui ont, hélas, accepté de supprimer 4000 places de stationnement au centre-ville.

(Communiqué de presse 27 septembre 2020)  –  L’UDC Genève a pris note des résultats il y a quelques minutes des votations. En ce qui concerne notre initiative de limitation, les Genevois l’ont refusée à 68,52 %. L’UDC Genève attend naturellement les résultats au niveau suisse. Mais manifestement, la crainte de la clause guillotine l’a emporté et le peuple, aux prises avec la crise due au coronavirus, préfère maintenir le statu quo. Céline Amaudruz, présidente de l’UDC Genève, vice-présidente de l’UDC Suisse, rappelle que l’UDC était seule contre tous et que le résultat ne signifie pas pour autant un Oui à l’accord cadre. «Nous allons nous assurer que l’on ne rentre pas petit à petit dans l’Union européenne. Si nous respectons le vote de la population, il va falloir donner des réponses aux Suisses qui sont au chômage ou qui vont tomber au chômage.»

Concernant les objets cantonaux, l’UDC Genève annonce qu’elle déposera ces prochains jours une initiative afin de réduire de moitié l’impôt sur les véhicules suite au vote des Genevois qui ont dit «Oui» à la suppression de 4000 places de parking. L’UDC est le seul parti qui soutient encore les automobilistes et, par conséquent, les patrons de PME, les livreurs mais aussi tous ceux qui n’ont pas d’autres choix que d’emprunter leur voiture pour effectuer un déplacement professionnel ou de loisir. Notre Constitution cantonale garantit la liberté individuelle du choix de mode de transport. Or, à Genève, l’Etat s’assoit sur cette liberté individuelle au nom de sa politique anti-voiture. L’initiative de l’UDC propose de réduire de moitié l’impôt sur les véhicules automobiles.

Objets cantonaux

Objet n°1: Initiative populaire 172 «Zéro pertes : Garantir les ressources publiques, les prestations et la création d’emplois»

C’EST OUI à 50, 03% (à 70 voix). Supprimer la concurrence fiscale intercantonale était une très mauvaise idée, pour l’UDC et une majorité du Grand Conseil d’ailleurs. Elle va créer l’effet inverse du résultat escompté par les initiants. Aujourd’hui, les Genevois possèdent déjà le pouvoir d’achat le plus faible de Suisse, plus bas que celui des Appenzellois ou des Glaronais. En l’absence de concurrence fiscale, cette détérioration va hélas se poursuivre.

Objet n°2: Initiative populaire 173 «23 frs, c’est un minimum»

C’EST OUI à 57,81 %. Dans les pays ayant introduit un salaire minimum, les expériences sont plutôt négatives. Ce dispositif élimine beaucoup de personnes peu ou non qualifiées du marché du travail et entraîne une tendance à imposer le salaire minimum légal à une large majorité des travailleurs. L’UDC prend note que les électeurs genevois ont accepté l’initiative et s’inquiète de l’avenir des travailleuses et travailleurs suisses et résidents à Genève.

Objet n°3: Une aide à domicile garantie pour tous loi constitutionnelle modifiant la constitution de la République et canton de Genève (Cst-GE) (Une aide à domicile garantie pour tous) (A 2 00 – 12186), du 18 octobre 2019?

C’EST OUI à 72,46 %. L’UDC Genève prend acte que la majorité des votants ont dit OUI à une garantie de couverture de déficit qui affectera inévitablement le libre-choix des patients. L’IMAD bénéficie déjà d’importantes subventions contrairement aux autres opérateurs du marché comme Spitex par exemple. Cette modification constitutionnelle ne permettra en aucun cas de régler les problèmes structurels de cette institution en particulier un taux d’absentéisme de 12 % en 2018 ou 2019.

Objet n°4: Présidence du Conseil d’Etat et département présidentiel loi constitutionnelle modifiant la constitution de la République et canton de Genève (Cst-GE) (Présidence du Conseil d’Etat et département présidentiel) (A 2 00 – 12432), du 21 novembre 2019?

C’EST OUI à 87,88 %Tous les partis à l’exceptions de Solidarités étaient d’accord pour revoir les articles 105 et 106 de la Constitution genevoise concernant le statut du Conseil d’Etat. Il était question d’abroger la présidence quinquennale du Conseil d’Etat et l’abrogation du département présidentiel. Il a été constaté que le dispositif de la présidence unique n’apportait pas réellement de plus-value en matière de collégialité.

Objet n°5 Législation fédérale sur la circulation routière loi modifiant la loi d’application de la législation fédérale sur la circulation routière (LaLCR) (H 1 05 – 12417), du 12 septembre 2019.

C’EST OUI à 58,35 % C’est un véritable scandale ! Cette loi revient à supprimer arbitrairement 4’000 places de stationnement au centre-ville. Elle ne tient absolument pas compte du fait que les nouveaux projets immobiliers comptent moins de places en sous-sol, tandis que l’utilisation de la voiture demeure prépondérante pour la mobilité d’achats et de loisirs. Que vont devenirs nos commerçants, artisans, livreurs, etc. ? Que devient le libre choix du mode de transport ? L’UDC Genève va dans les prochains jours lancer une initiative afin de réduire de moitié l’impôt sur les véhicules. Rappelons que notre Constitution cantonale garantit la liberté individuelle du choix de mode de transport (art 190, al 3). Or, à Genève, l’Etat s’assoit sur cette liberté individuelle au nom de sa politique anti-voiture. L’initiative de l’UDC propose de réduire de moitié l’impôt sur les véhicules automobiles et d’affecter les recettes de cet impôt à un fond routier exclusivement consacré à la réfection ou à la réalisation d’infrastructures dévolues aux transports individuels motorisés.

Pour davantage de renseignements : Céline Amaudruz, présidente UDC Genève, tél 079 874 83 97.