L’Etat dépossède-t-il les Genevois ?

Répartition des fonds de la planification hospitalière

Tous les Genevois ont la possibilité de se faire soigner en cliniques privées depuis le changement de la loi fédérale sur l’assurance maladie (LAMal) de 2012 instaurant le libre choix de l’hôpital pour les patients au travers de mandats de prestations octroyés par le canton aux cliniques privées. La condition posée par l’état est que la moitié des patients reçus dans le cadre de ces mandats ne doivent être couvert que par l’assurance de base.

Etant entendu que les cliniques privées genevoises sont prêtes à accueillir les patients bénéficiant de l’assurance de base, le groupe UDC s’interroge sur l’avancée des négociations entre le canton de Genève et les cliniques privées genevoises, quant à l’attribution des fonds prévus par le département de la santé de 13 millions.

En effet l’essentiel des fonds, soit 9 millions, serait attribués à la division privée des HUG, retirant donc la possibilité prévu par la loi fédérale aux citoyens de se faire prendre en charge par les cliniques privées genevoises.

Le député UDC Thomas Bläsi s’en inquiète et dépose une question écrite urgente pour savoir si la loi fédérale prévoyant cette prise en charge est respectée. Il rappelle que les cliniques genevoises sont disposées à aller au-delà des exigences de l’Etat en n’accueillant que des patients en assurance de base.

L’attribution de ces fonds à la division privée de l’hôpital ne revient-elle pas à spolier nos citoyens les moins fortunés d’une possibilité prévu par la loi fédérale de se faire soigner dans les mêmes conditions que ceux disposant d’une assurance complémentaire ?

Pour tout renseignement : Thomas Bläsi, député UDC (079 / 831 68 70)