Restaurateurmanif

Les restaurateurs doivent rouvrir le 10 décembre et pas plus tard !

Le Conseil d’Etat ne confirmera que le 9 décembre si les établissements publics peuvent recommencer à travailler. De qui se moque-t- on ?

(Communiqué de presse 3 décembre 2020) – Cela s’appelle de l’organisation, de l’achalandage, de la prévoyance. Autant de mots que le Conseil d’Etat genevois ne semble pas connaître, lui qui vient d’indiquer aux restaurateurs qui devaient rouvrir le 10 décembre que finalement, la véritable décision sera prise… la veille. Les cafetiers-restaurateurs – 2600 établissements et 16’000 emplois à Genève – sont à bout et au bout. Ils se sentent abandonnés, n’ayant plus d’argent pour payer leurs collaborateurs pour le mois de novembre. Comment le gouvernement ose-t-il leur annoncer que la date re réouverture n’est finalement pas certaine ? L’UDC Genève exige que ces établissements puissent rouvrir leurs portes, comme prévu, le 10 décembre prochain.

On s’en doute : on ne rouvre pas un restaurant comme un bureau ou une salle du Conseil d’Etat.  Les professionnels de la restauration ont investi dans toutes les mesures d’hygiène exigées, sacrifié leur capacité d’accueil, investi dans des plans de protection. Le minimum est de les respecter et de les laisser travailler. Ces professionnels n’ont pas besoin de compensations de bouts de ficelles mais d’aides bien réelles. Beaucoup se sont endettés, bien plus d’ailleurs que la valeur de leur établissement. Le président de la Société des cafetiers restaurateurs, Laurent Terlinchamp,  estime que pour beaucoup le point de non-retour est atteint et que l’Etat a abandonné cette branche de l’économie.

L’UDC demande aujourd’hui clairement au Conseil d’Etat de ne pas revenir sur la date du décembre. Notre parti exige de mettre sur pied un plan d’accompagnement pour les restaurateurs de six mois, correspondant aux charges incompressibles, soit environ 25% du chiffre d’affaires.

Il faut arrêter de mettre en porte à faux le sanitaire et l’économie.  Genève a réussi à sauver la BCGe et la caisse de pension de l’Etat. Nos autorités doivent réussir à sauvegarder ces milliers d’emplois qui contribuent à l’économie et aux recettes fiscales du canton de Genève.

Pour davantage d’informations :

Céline Amaudruz, présidente. Tél 079 874 83 97

Stéphane Florey, député, 079 471 44 85