lutte

Le DIP persévère

Le DIP persévère

(Communiqué de presse UDC-Genève, 14 mai 2021) Le Département de l’Instruction publique tient absolument à organiser l’enseignement de manière que les élèves soient tous égaux. C’est une vieille lune de gauche que d’imaginer une société formée de personnes ayant exactement les mêmes compétences et qualités afin de bannir toute différence entre citoyens. La différence, ce n’est pas bien, ça conduit à la stigmatisation de ceux qui sont plus différents que les autres. Donc, pour veiller à éviter ce genre de problème, le DIP se propose de mettre tout le monde dans le même panier en abolissant les sections en 9e et 10e années afin de valoriser les élèves les plus faibles. C’est louable. Mais ça ne marche pas. Parce que si les hommes naissent libres et égaux en droit, ils ne sont égaux qu’en droit. La nature octroie selon des critères que la politique ne peut influencer. Partager la vision du DIP, c’est croire qu’un enfant peut aussi bien devenir champion olympique de saut en hauteur que Roi de la lutte. Hélas, les prédispositions, (disposition, tendance, aptitude naturelle à quelque chose selon le Larousse) ne sont pas identiques d’un individu à l’autre. Avec cette nouvelle lubie, le DIP cherche à contrarier la nature en gommant les différences. C’est illusoire. Vouloir agir ainsi, c’est retarder le moment où la vie se chargera de mettre ces différences en évidence, provoquant parfois un choc brutal. La société doit au contraire identifier rapidement les qualités des uns et des autres afin de permettre à tous de donner leur pleine mesure, de tirer le meilleur des qualités dont ils disposent. La gauche voit dans cette conception un élitisme stigmatisant. En fait, il s’agit simplement de donner les meilleures chances à chacun, ce qui ne constitue certes pas l’égalitarisme réclamé par cette réforme mais bien l’équité entre élèves. Dans cet esprit, l’UDC combattra ce nouveau nivellement par le bas lors du débat parlementaire au Grand Conseil.

 

Pour plus d’informations :

Céline Amaudruz, présidente UDC-Genève, conseillère nationale, 079/874 83 97

Cédric Pilatti, membre du Comité directeur UDC-Genève, 076/416 37 16