Sans titre 1

Le chômage se porte bien, merci pour lui.

Le chômage se porte bien, merci pour lui

(Communiqué de presse, UDC-Genève, 11 janvier 2021) “A la fin du mois de décembre 2020, le nombre de chômeurs s’élevait à 163’545 personnes, ce qui correspond à une hausse de 39,5%, soit 46’268 chômeurs supplémentaires, par rapport à l’année précédente. Quant aux demandeurs d’emploi, leur nombre se montait à 260’318 personnes, ce qui représente une augmentation de 34,9%, soit 67’363 personnes supplémentaires, par rapport au chiffre du mois de décembre 2019.”

Voici ce que nous annonce aujourd’hui le Secrétariat d’Etat à l’économie. Le taux de chômage fait un bond historique pour atteindre un niveau que nous n’avions heureusement plus connu depuis bien longtemps. Cette triste évolution a été longuement évoquée l’été dernier lorsque le débat au sujet de l’initiative pour une “Pour une immigration modérée” lancée par l’UDC faisait rage. Notre parti était bien seul à pronostiquer ce qui se confirme aujourd’hui, à savoir que faute d’une politique d’immigration raisonnable, le nombre de sans-emplois allait grimper. Nos adversaires brandiront bien évidemment la Covid19 pour expliquer cette hausse dramatique mais l’argument ne saurait convaincre.

Lorsqu’on prend le temps d’étudier le phénomène canton par canton, on s’aperçoit que ceux qui sont les plus touchés par la désoccupation sont aussi ceux qui font le plus appel à la main-d’œuvre étrangère, frontalière notamment. Le Jura dépasse les 5,5%, devant les cantons romands, Fribourg excepté. Genève tient son rang et reste sur le podium avec sa deuxième place. Contrairement à ce que prétendaient les opposants à notre texte, il y a un bel et bien un lien étroit entre chômage et main-d’œuvre importée.

Notre canton ne sortira pas de l’ornière tant que nous irons chercher au loin ce dont nous disposons le plus souvent chez nous. La préférence locale à l’embauche est plus que jamais indispensable pour briser la spirale infernale qui nous condamne à rester à la traine du reste de la Suisse en matière d’emploi.

L’UDC genevoise nourrit d’autres ambitions que de signaler notre canton au reste du pays par ses Genferei et son chômage. Notre population mérite mieux qu’être simplement un exemple à ne pas suivre, une boussole qui indique le Sud. Le 07 mars prochain, nous offrons aux électrices et électeurs du canton l’occasion de tourner le dos à la politique menée jusqu’ici, celle qui nous vaut la situation qui est la nôtre. Notre candidat Yves Nidegger propose une véritable alternative au reste de la classe politique, tous partis confondus. Les autres formations sont toutes alignées sur l’Union européenne et ne conduisent Genève qu’avec Bruxelles comme cap. Cette direction n’est pas la bonne, nous le constatons encore une fois aujourd’hui. Avec Yves Nidegger, notre canton a une opportunité de repartir dans le bon sens. Nous vous invitons toutes et tous à le soutenir.

Pour plus d’informations :

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale, 079 / 874 83 97

Cédric Pilatti, membre du comité directeur, président UDC-Bernex, 076 / 416 37 16