La traversée de la Rade angoisse le PLR

La traversée de la rade est devenue la grande angoisse du PLR. Une traversée de la Rade pourtant pensée et voulue par leurs astucieux aînés  mais qui est aujourd’hui défendue par l’UDC. Toujours est-il que les radico-libéraux se sont opposés à ce projet pourtant essentiel aux déplacements des Genevois. L’utilité de la traversée de la Rade trouvera sans doute une majorité le 28 septembre, d’autant plus que le Conseil d’Etat et le Grand Conseil n’ont rien trouvé à opposer à notre initiative.

De quoi les rendre inquiets, d’autant plus qu’en 2013, leurs représentants siégeant sous la Coupole n’ont rien trouvé de plus futé que de refuser la grande traversée lorsqu’il était question de l’intégrer au réseau des routes nationales. Seule l’UDC l’a soutenu. L’UDC, encore…

Après cette piteuse manœuvre, il ne restait plus au PLR qu’à trouver une solution qui puisse concurrencer l’initiative de l’UDC. On devine que cela a dû

prendre du temps avant que l’idée épatante de l’agrandissement du pont du Mont-Blanc leur semble être la bonne réponse pour dégorger cet axe saturé aux heures de pointes. Ainsi, une fois élargis, les Genevois circuleront rapidement sur ce pont. Puis retrouveront les bouchons sur les quais Gustave-Ador ou Wilson. Ou encore d’autres bouchons en grimpant vers Chantepoulet. On est comme cela au PLR : des vraies solutions ou rien !

L’UDC, quant à elle, préfère tout de même la traversée de la Rade pour soulager sérieusement la circulation. Il se murmure même que des membres du PLR la soutiendront…

 

Pour info :

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale (079 / 874 83 97)