CaptureAO

Identité des policiers révélée au grand jour : Attention danger !

C’est une conséquence d’une loi votée à Berne en 2016. Désormais les policiers municipaux et cantonaux, tout comme les agents de la Fondation des parkings, doivent inscrire leurs nom et prénom sur les amendes d’ordre.

Si c’était un poisson d’avril, cela ferait éventuellement sourire. Malheureusement, l’information de la Tribune de Genève du jour n’a rien d’une plaisanterie. Depuis le début de l’année, les policiers cantonaux, municipaux, de même que les contrôleurs de la Fondation des parkings ont l’obligation de faire figurer leurs noms – et plus seulement leurs matricules – sur les amendes que vous retrouvez sur le pare-brise de votre voiture. C’est en effet désormais une obligation et l’une des conséquences de la loi fédérale sur les amendes d’ordre établie en 2016 dont le but était d’unifier différents types d’amendes sous une même législation. Votée à Berne, cette loi, qui englobe notamment celles sur la circulation routière, l’asile ou encore les armes, n’est pas – l’on s’en doute – du goût des agents dont l’identité est ainsi révélée aux délinquants. L’UDC Genève déplore cette situation qui met en danger les policiers, en effectif insuffisant et déjà confrontés toute la journée à des malfrats ou des individus de plus en plus violents dans le canton de Genève.

Les craintes des policiers ? Que leurs noms soient par exemple, livrés sur les réseaux sociaux, qu’ils se retrouvent harcelés, eux et aussi leurs familles. Oui, des gens en situation difficile ou de stress peuvent «péter un plomb» pour une amende de 40 francs. Et pour beaucoup de foyers, les temps sont durs : 40 francs, cela représente malgré tout une somme.

Question de sécurité

L’UDC Genève exige que l’on revienne au système antérieur des matricules ou que toute autre solution soit rapidement trouvée afin de ne pas mettre en danger la vie des policiers qui font respecter la loi et assurent notre protection.  Céline Amaudruz, présidente de l’UDC Genève, vice-présidente de l’UDC Suisse et conseillère nationale, prépare une intervention motivée à Berne.