Affiche Sécurité

Et hop, un braquage de plus !

L’UDC dénonce l’ouverture des frontières et le manque d’effectifs des forces de l’ordre.

Mardi en fin de journée, une bijouterie située en-bas de la Vieille Ville de Genève s’est fait braquée à coups de pioche. Des bijoux ont été emportés par deux individus avant que ces derniers ne prennent la fuite.

L’alerte a été donnée à 18h 43. Et les malfrats sont toujours dans la nature. Le canton de Genève est devenu, depuis bien trop longtemps, l’Eldorado des braqueurs qui ne se contentent plus des stations-services en périphérie mais agissent au centre-ville, en plein jour et devant tout le monde. Il faut dire qu’au prix de l’or, qui a atteint son plus haut niveau depuis environ cinq ans, ce genre de casses de bijouteries ne peut, malheureusement, que se reproduire fréquemment.

A l’heure où ces lignes sont écrites, on ne connait pas l’identité des braqueurs. Mais une chose est sûre, dans la plupart des hold-up les auteurs sont des délinquants étrangers qui, grâce à Schengen, peuvent allégrement franchir la frontière dans les deux sens.

L’UDC dénonce Schengen depuis 2004. L’abolition des contrôles aux frontières, le manque d’effectifs des gardes-frontière, a fait de notre pays et de notre canton un supermarché où chacun vient se servir. Les braqueurs sont de plus en plus lourdement armés, équipés d’armes de guerre et d’explosifs. L’UDC exige que les effectifs des gardes-frontière mais aussi des policiers en général soient renforcés ; l’UDC veut que les policiers municipaux soient armés et les criminels étrangers doivent enfin être véritablement expulsés.