image

Commerces: il faut ouvrir tous les dimanches de décembre et prolonger les horaires d’ouverture

(Communiqué de presse, 11 novembre 2020) – Même si le Conseil d’Etat revient sur sa décision et permet la réouverture des commerces dits «non essentiels», sous pression notamment de l’UDC , cela ne suffira pas à compenser les pertes subies. L’UDC Genève dépose une motion demandant au Conseil d’Etat d’étendre les horaires d’ouverture des commerces et de permettre leur ouverture tous les dimanches, jusqu’à la fin de l’année.

Comment pourront-ils survivre ? Pas encore remis des mesures prises ce printemps, voilà qu’ils doivent affronter, très affaiblis financièrement, la nouvelle fermeture décidée il y a dix jours,  sans concertation, par le Conseil d’Etat. De nombreux petits commerces genevois sont à terre. Des milliers d’indépendants risquent de rester sur le carreau, se retrouvant dans une situation incompréhensible quand on sait que leurs clients peuvent aller faire leurs achats dans le canton de Vaud. Le Conseil d’Etat pourrait aujourd’hui revenir sur sa décision, notamment sous la pression de l’UDC et  permettre la réouverture des commerces dits «non essentiels» mais  cela ne sera pas suffisant pour compenser les pertes.

Un coup de pouce

On le sait, la période précédant les fêtes de fin d’année est vitale pour la marche des affaires. Si l’on veut qu’ils puissent un peu «se rattraper», il faut étendre leurs horaires et leur permettre d’ouvrir tous les dimanches jusqu’à la fin de l’année. L’UDC dépose ce jour une motion allant en ce sens, invitant le Conseil d’Etat à adopter un arrêté urgent. Un procédé relativement simple à appliquer pour augmenter les chances de survie de ces centaines de commerces en difficulté, voire au bord de la faillite. Une façon aussi que ces derniers ne se retrouvent pas dans les méandres d’un système social déjà complètement surchargé.

Stéphane Florey, député

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale