image

Circuler est devenu impossible: Réduisons de moitié l’impôt auto!

(Communiqué de presse UDC 19 juin 2020) – Touchées par la crise du Covid et coulées par les restrictions de circulation du Conseil d’Etat, de nombreuses personnes sont exsangues financièrement. Constatant l’urgence de la situation, l’UDC demandera pour la prochaine session du Grand Conseil l’ajout, l’urgence et la discussion immédiate sur son projet de loi pour réduire de moitié l’impôt sur les véhicules automobiles. L’heure n’étant pas aux arguties politiciennes, l’UDC lancera en cas de refus une initiative cantonale législative reprenant le projet de loi pour porter le débat devant le Peuple.

 Les Genevois, et notamment les artisans, les livreurs et autres professionnels de la route, n’en peuvent plus des restrictions de circulation imposées par le Conseil d’Etat sous couvert d’aménagements « provisoires » pour la mobilité douce. Notre Constitution impose pourtant à l’Etat de garantir la liberté individuelle du choix du mode de transport. Un Etat qui, au nom de sa politique anti-voiture, s’assoit sur cette liberté individuelle avec la réalisation d’aménagements et d’autres obstacles visant à compliquer excessivement voire à rendre impossible l’utilisation des moyens de transport individuels motorisés. Dans ce contexte, la perception d’un impôt auto parmi les plus élevés de Suisse ne se justifie pas et il convient de le diminuer de moitié dans les plus brefs délais.

Stéphane Florey, député, auteur du texte

Céline Amaudruz, présidente et conseillère nationale