Comité directeur 2 2020-2023

Céline Amaudruz est réélue à la présidence de l’UDC Genève

Réunis hier en Assemblée générale ordinaire, les membres du parti ont élu le nouveau comité directeur de l’UDC Genève à l’unanimité avec, à sa tête, Céline Amaudruz. Les deux vice-présidents sont Damien Guinchard et Michel Cabaj.

(Communiqué de presse du 7 octobre 2020) – C’est à la salle du Rondeau, à Carouge, que le nouveau Comité directeur de l’UDC Genève a été élu, hier soir. Quatre membres ont décidé de quitter le comité : Yves Nidegger, Michael Andersen, Jérémy Gardiol et Edric Speckert qui ont été applaudis et remerciés pour tout le temps consacré à l’UDC Genève.

Une seule liste menée par Céline Amaudruz a été présentée aux membres de la section cantonale et c’est elle qui l’a remportée à l’unanimité, démontrant la confiance totale envers notre présidente.  Damien Guinchard reste premier vice-président. L’avocat Michel Cabaj rejoint le comité en tant que 2e vice-président. L’équipe se compose en outre de Gilbert Catelain en tant que trésorier, du député Stéphane Florey, du président de la section UDC Ville de Genève, Mathieu Romanens, du député et chef de groupe Christo Ivanov. Le viticulteur, encaveur et éleveur de Satigny, Lionel Dugerdil et le président de la section UDC de Bernex, Cédric Pilatti, rejoignent ce groupe dynamique, diversifié et motivé, prêt à affronter les futurs défis genevois et suisses de ces prochaines années. Parmi eux, les élections cantonales et nationales de 2023 qui se préparent «dès aujourd’hui», comme l’a relevé Céline Amaudruz. Le mandat de ce nouveau Comité directeur court jusqu’au mois d’octobre 2023.

Seul parti de droite

«Force est de constater que nous sommes désormais le seul parti de droite, la seule droite d’opposition. Nous sommes prêts à lancer des initiatives comme, par exemple, sur la réduction de 50% de l’impôt auto de même que des référendums», a souligné la présidente Céline Amaudruz. En matière de politique cantonale, il s’agira de renforcer la place de l’agriculture en s’opposant notamment aux déclassements non justifiés de la zone agricole, y compris par référendum ; de défendre les artisans et commerçants ; de renforcer le pouvoir d’achat de la population ; de donner la priorité aux résidents et de contrôler les finances de l’Etat. Les années à venir s’annoncent chargées en matière de politique nationale pour l’UDC avec, notamment, le référendum contre la loi sur le CO2, l’initiative sur l’interdiction de se dissimuler le visage et naturellement l’Accord-cadre, véritable enjeu pour l’avenir de la Suisse.

Les comptes des exercices 2018 et 2019 ont été approuvés par l’Assemblée générale.