Budget 2015 : Vivez-vous aujourd’hui mieux à Genève qu’en 2002 ?

Et si l’on frottait le budget 2015 du canton à quelques exercices budgétaires précédents? Juste pour contrôler que les charges augmentent proportionnellement à la population…

En 13 ans, de 2001 à 2014, les charges de fonctionnement (+35%) ont progressé beaucoup plus vite que la population (+13,5 %). Dans le même temps, l’UDC remarque que l’indice du coût de la vie a augmenté de 9%.

Les prestations à la population n’ont pas augmenté dans les mêmes proportions. Dans certaines politiques publiques, telles que la sécurité ou la mobilité, la situation s’est globalement détériorée. En tenant compte des facteurs indice du coût de la vie et population citées plus haut, les charges de fonctionnement n’auraient pas dû augmenter de plus de 23%. Le différentiel (12%) a principalement alimenté les charges de personnel qui ont augmenté de 35%.

La hausse vertigineuse des prestations fournies par l’Hospice général depuis l’entrée en vigueur des accords bilatéraux en 2002 (+60% environ) et surtout depuis la fin de la période transitoire en 2007 (la clause de sauvegarde n’a pas été utilisée) inquiète particulièrement l’UDC-Genève.

Le projet de budget 2015 du Conseil d’Etat nous propose une nouvelle hausse des charges de 109 millions de francs (+2%), quand bien même nous nous attendons à un indice du coût de la vie négatif. Nous sommes bien loin d’un budget de rigueur.

Le projet de budget amendé par la commission des finances qui ne peut le réduire que de 27 millions (sur un total de 7’800 millions) reste encore largement au-dessus de la capacité financière du canton et démontre que l’évolution des charges de fonctionnement demeure supérieure aux besoins réels de la population.

Pour tout renseignement :
Patrick Lussi, député, membre de la commission des finances, 076 / 364 17 27
Eric Leyvraz, député, membre de la commission des finances, 079 / 503 72 79