Captureaffichebéton

Aujourd’hui plus que jamais, il faut revoir le plan directeur cantonal !»

Les derniers scrutins sont sans équivoque. Les Genevois ont clairement manifesté leur volonté de sauvegarder la zone villa et la zone agricole de ne pas céder à la bétonisation. Ces refus de projets, en phase avec les planifications directrices cantonales, démontrent que le plan directeur cantonal actuel doit impérativement être revu. Le député UDC Stéphane Florey dépose ce jour une motion demandant le réexamen du plan directeur cantonal.

(17 février 2020) Les Genevois n’adhèrent plus à la vision d’un canton surdensifié promue par le plan directeur cantonal. Après le refus de la création d’une zone de développement 3 au lieu-dit « Les Crêts » sur le territoire de la commune de Genève et du déclassement de 12 hectares de surface d’assolement au Pré-du-Stand, une majorité du corps électoral genevois a refusé le déclassement de deux zones villa en zone de développement à Cointrin. Le désaveu des électeurs sur plusieurs projets phares en phase avec le plan directeur cantonal 2030 implique de réexaminer cet instrument actuellement basé sur des perspectives de croissance plus quantitatives que qualitatives.

Pour faire face à la demande en logements résultant du modeste gain naturel de population (différence entre les naissances et les décès) sans avoir à sacrifier des surfaces d’assolement ou à déclasser des zones villa, Stéphane Florey esquisse diverses pistes comme la focalisation sur les périmètres déclassés depuis des décennies sans qu’aucun projet de densification n’ait vu le jour, l’exploitation du potentiel offert par les surélévations ou encore l’accélération de la transformation des locaux commerciaux, artisanaux ou industriels vides en logements.