Apte au service militaire et apte à l’emploi !

L’UDC se soucie des pratiques discriminatoire et illégales de certains employeurs sur la place genevoise qui préfère embaucher un employé qui ne fait pas de service militaire, voire qui n’a pas besoin d’en faire comme c’est le cas des 107’000 détenteurs de permis de travail frontalier. Le groupe des députés UDC avait déposé en mai 2017 une motion (M-2397) invitant le Conseil d’Etat à mettre fin à cette pratique et à rendre rapport sur la façon dont il applique la loi fédérale sur l’égalité entre femmes et hommes.

De son côté, la droite bourgeoise aime bien reconnaître quelque mérite aux textes que l’UDC dépose au Gd Conseil et aime encore plus trouver matière à démolir ces mêmes textes.

Mais chassez le naturel, il revient au galop. Le rapporteur PLR, chargé de rapporter les débats animés qui se sont déroulés durant le travail de la commission de l’économie, n’a pas pu s’empêcher de se livrer à ce jouissif petit jeu. Sous forme de conclusion, il écrit, un brin condescendant, que « Cette motion part certainement d’un bon sentiment, respectueux de nos institutions. Mais, et nos débats et les auditions auxquelles nous avons procédé démontrent bien qu’elle cumule les obstacles : non-conformité avec le droit supérieur, difficultés d’application et de contrôle, liste de discriminations à développer. »

C’est donc tout naturellement que ce petit jeu, toujours aussi jouissif, a perduré ce jour devant le Gd Conseil au moment de débattre de la proposition UDC. Aidée par la gauche, deux amendements ont élargi le thème pour rappeler que toute discrimination à l’embauche doit être combattue.

L’UDC, bonne fille, a soutenu ces amendements qui ont permis à son texte de passer la rampe du législatif. Va pour ne pas cibler le problème bien réelle de la discrimination à l’emploi des personnes astreintes au service militaire. Va aussi pour contrôler avec rigueur que ces mêmes personnes ne seront pas rejetées du marché de l’emploi pour avoir servi le pays. Et on vous promet que ce ne sera pas une corvée que d’éplucher le rapport du Conseil d’Etat obtenu par la motion UDC !