APM armés : il suffit d’appuyer sur la détente

L’urgence a été voté par le Conseil municipal de la Ville de Genève sur trois textes concernant les agents de la police municipale (APM). Le plus ancien, déposé par l’UDC en 2013 (M-1069) demande que les APM puissent bénéficier du brevet fédéral et par conséquent porter une arme à feu. Il attend depuis dans la profondeur de l’ordre du jour, malgré de nombreuses demandes d’urgence de l’UDC. Deux textes récemment déposés reviennent sur ce thème. Actualité oblige.
L’un est le fruit d’une cogitation sans doute intense du PLR et propose tout comme celui de l’UDC de permettre aux APM de passer le brevet fédéral mais sans pour autant porter une arme (M-1406). De quoi ne pas indisposer Pierre Maudet qui s’est toujours opposé à une police municipale armée, qu’il soit conseiller administratif ou Conseiller d’Etat.
L’autre, tout aussi conséquent avec ses magistrats, émane des Verts (M-1407) et propose une approche encore plus timide que le PLR pour que les APM fassent « face à leurs nouveaux défis » mais évidemment sans arme.
Dans ce paysage peuplé de gens prudents (une arme à feu, c’est dangereux!), seule l’UDC demande d’armer nos policiers municipaux. Ou plutôt demandait, puisque nous avons appris par la presse le brusque revirement de Guillaume Barazzone sur ce dossier. Le magistrat PDC, après s’être opposé catégoriquement non seulement à l’obtention d’un brevet mais aussi et surtout au port de l’arme à feu, fait soudainement preuve d’un réalisme certes bien prudent mais qu’il convient tout de même de saluer (« Il se prononce, à titre personnel et sous certaines conditions, «en faveur du port de l’arme comme moyen de défense». La Tribune de Geneve, 26 février 2019).
Nous nous réjouissons donc de suivre le débat qui se tiendra ce soir et comptons (éventuellement) sur l’Entente élargie sur notre motion. A moins que son étiquette UDC ne soit par trop repoussante. Ce qui ne serait pas la première fois.