L’UDC va changer de présidence

28 décembre 2023
Marco_Chiesa_2-1-720x405

L’UDC Suisse élit les organes du parti pour deux ans. En 2024, le mandat des élus actuels arrivera à échéance. Le président Marco Chiesa a informé le comité directeur de l’UDC Suisse qu’il ne se représentera pas pour un nouveau mandat. Sous la présidence du conseiller aux Etats tessinois, l’UDC a obtenu le troisième meilleur résultat électoral de son histoire et a gagné des sièges supplémentaires, en particulier en Suisse romande et au Tessin. Avec Marco Chiesa, c’est la première fois qu’un Tessinois et un représentant de la Suisse latine se retrouve à la tête du plus grand parti de notre pays. L’UDC Suisse regrette la décision de son président, mais remercie Marco Chiesa pour ses grands mérites au cours des quatre dernières années.

Marco Chiesa a informé le comité directeur du parti UDC Suisse qu’il ne se représentera pas à la fin de son mandat ordinaire le 23 mars 2024. Avec Marco Chiesa, c’est la première fois qu’un Tessinois et un représentant de la Suisse latine dirige le plus grand parti de notre pays. L’UDC Suisse prend acte avec beaucoup de regret de la décision de son président et rend hommage à ses mérites.

« Nous remercions Marco Chiesa pour son grand engagement en faveur de notre parti », déclare la vice-présidente Magdalena Martullo-Blocher. « Depuis son élection en août 2020, il s’est engagé avec beaucoup de succès pour la Suisse et pour l’UDC ». Lors des élections fédérales d’octobre 2023, le parti a gagné 9 sièges supplémentaires et a atteint une part électorale de 27.9% (+2.3%), soit le troisième meilleur résultat de son histoire.

L’UDC est désormais le premier parti en termes d’électeurs dans 15 des 26 cantons. « La forte présence de Marco Chiesa auprès de la base du parti nous a beaucoup aidés, notamment en Suisse romande », explique le vice-président et directeur de campagne Marcel Dettling ; l’UDC y a gagné 4 sièges au total. « Nous avons désormais 12 représentants de cantons romands, et même 13 si l’on compte le siège du Jura bernois, ce qui fait de nous la première force bourgeoise en Suisse romande », explique le président du groupe Thomas Aeschi. L’UDC a également gagné un deuxième siège dans le canton d’origine de Marco Chiesa, le Tessin. « J’ai atteint mes objectifs, l’engagement et la cohésion au sein du parti sont bons. Il est maintenant nécessaire que je m’engage encore plus fortement en tant que conseiller aux Etats, pour le bien-être de la population tessinoise qui souffre massivement du chaos de l’asile et de l’immigration démesurée », déclare Marco Chiesa.

Marco Chiesa laisse à son successeur un parti bien établi avec une base solide, comme le montrent également les sièges gagnés lors des élections cantonales : Avec un total de 552 mandats, l’UDC a obtenu le plus grand nombre de sièges de tous les partis dans les parlements cantonaux. De plus, elle a pu gagner deux sièges supplémentaires au Conseil d’Etat dans les cantons de Fribourg et du Valais, avec Philippe Demierre et Franz Ruppen.

Sous la présidence de Marco Chiesa, l’UDC a remporté d’autres succès : en 2021, le parti a fait cavalier seul pour combattre avec succès dans les urnes la loi sur le CO2, coûteuse, inutile et injuste, et a contribué de manière déterminante à ce que le Conseil fédéral enterre la même année l’accord institutionnel avec l’UE. Un autre succès a été l’élection d’Albert Rösti au Conseil fédéral en décembre 2022 et la reprise du DETEC, central pour l’approvisionnement énergétique de notre pays.

La suite des événements

La commission de recherche, dirigée par l’ancien conseiller national et ancien président du groupe Caspar Baader, a déjà commencé son travail. Les sections cantonales de l’UDC peuvent annoncer à cette dernière, jusqu’au 19 janvier 2024, des candidates et candidats potentiels pour l’élection de remplacement. Les délégués de l’UDC Suisse éliront la nouvelle présidente ou le nouveau président lors de leur assemblée ordinaire du 23 mars 2024 à Berne.